Dimanche 9 Octobre - Villenauxe: Un détenu frappe un surveillant

Publié le par Sam Fisher

Villenauxe-la-Grande - Vendredi, entre 16 h 30 et 17 h, un surveillant a été agressé par un homme d'une trentaine d'années incarcéré au centre de détention de Villenauxe-la-Grande.

 

« Il a pris un coup de poing au visage », précise le secrétaire local de l'UFAP, Union fédérale autonome pénitentiaire. « Le détenu a demandé à prendre une douche. Comme il était à l'isolement, il a été palpé. Il a alors insulté l'agent gratuitement. Il a continué sous la douche tout en le menaçant puis il l'a frappé. Le deuxième surveillant, qui était présent, l'a repoussé dans la douche et les renforts sont arrivés. »


Un détenu « assez caractériel »


Âgé d'une trentaine d'années, le gardien blessé a été conduit aux urgences de Romilly. Il est ressorti avec « un jour d'ITT » (interruption temporaire de travail). Il n'a pas été hospitalisé.
« Ce détenu est un récidiviste. Il avait déjà collé un surveillant contre une grille il y a six semaines, ce qui lui avait valu 30 jours de quartier disciplinaire. À l'issue, il avait été placé à l'isolement. C'est quelqu'un d'assez caractériel. Il voudrait être transféré. » D'après le directeur de l'établissement, l'individu a été « sanctionné » en étant placé en quartier disciplinaire. « Après, nous verrons s'il restera à Villenauxe. Aucune décision n'a été prise pour le moment. »

 


Devant cette agression, l'UFAP monte au créneau. « Nous dénonçons cet acte qui est lâche et gratuit. Le surveillant ne l'a pas provoqué », insiste le représentant syndical qui apporte son soutien à son collègue. L'organisation pointe du doigt un « sous-effectif depuis plusieurs mois ». « Il manque 10 à 15 personnels par rapport à l'effectif théorique. La plupart des agents sont obligés de faire 40 à 50 heures supplémentaires par mois. Ils sont usés. Ce n'est plus vivable. Ce type d'agression joue sur le moral. » Le directeur reconnaît qu'il y a « des vacances de postes pas comblées ».


« Nous souhaitons que ce détenu fasse sa peine de quartier disciplinaire chez nous et que par la suite, la direction prenne des dispositions pour qu'il ne récidive plus, demande l'UFAP. Nous espérons qu'il soit condamné à la hauteur de ce qu'il a commis. »

 

L'Est-Eclair...

Commenter cet article