Jeudi 25 Août - Le meurtrier d’Anne Caudal s’est suicidé

Publié le par Sam Fisher

Christophe Piedoux, qui avait avoué fin juillet avoir tué sa compagne Anne Caudal dans la région de Rennes, s’est pendu cette nuit dans sa cellule de la prison de Vezin-le-Coquet (Ille-et-Vilaine).

 

Le meurtrier d’Anne Caudal s’est suicidé

La victime, Anne Caudal

 

Justice ne pourra pas être rendue. Le compagnon d’Anne Caudal, qui avait avoué l’avoir tué le mois dernier, s’est suicidé par pendaison en prison dans la nuit de mardi à mercredi, révèle RTL. Une information confirmée par son avocate, Me Elodie Praud. Son corps a été retrouvé sans vie, dans sa cellule du centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet, (Ille-et-Vilaine).

D’après les informations de la station, le geste de Christophe Piedoux était visiblement préparé avec une grande minutie. Attendant que la dernière ronde du soir des gardiens soit terminée, il a laissé une lettre dans laquelle il explique les raisons de son suicide et donne des consignes de distribution de livres qui lui appartenaient.

Pas de régimespécial de protection

Pourtant, rien ne laissait présager un tel geste. Mardi, la journée de l’homme de 42 ans a été des plus banales, et rien dans son comportement n’indiquait le suicide à venir. Christophe Piedoux ne faisait d’ailleurs pas partie des détenus faisant l’objet d’un régime spécial de protection de la part de l’encadrement de la prison.  En début d’après-midi, il a vu le médecin, et a même assisté à un concert donné dans le centre de détention par l’orchestre philharmonique de Rennes. C’est le deuxième suicide en une semaine à Vezin-le-Coquet, précise RTL.

Le mois dernier, la disparition d’Anne Caudal, jeune femme de 28 ans enceinte de quatre mois, avait soulevé une grande émotion dans la région rennaise et dans le Morbihan, dont elle était originaire. C’est Christophe Piedoux lui-même qui avait prévenu la police de 10 juillet, s’investissant même dans les recherches des enquêteurs autour de Bruz, le lieu de résidence de la fleuriste. Par ailleurs marié, il se partageait entre le domicile conjugal, et celui d’Anne Caudal. Après la découverte du corps calciné de la jeune femme, sur la commune de Nouvoitou (Ile-et-Vilaine) le 26 juillet, son compagnon a finalement avoué aux policiers être l’auteur du meurtre. L’épouse de Christophe Piedoux, a également été mise en examen pour complicité.

 

Le père d’Anne Caudal «écœuré»

 

Interrogé par Europe 1, le père d’Anne Caudal a réagi au suicide de Christophe Piedoux, qu'il appréhendait. «Ma réaction, c’est de la colère, il ne sera même pas puni, c’est trop facile, je suis écœuré, je suis dégouté» a-t-il déploré, avant d’ajouter «on ne rendra pas justice à ma fille, on ne connaîtra jamais le fin mot de l’histoire.» L’homme, qui a vécu cette nouvelle comme une «douleur supplémentaire», attendait avec impatience le moment du procès. «C’était l’objectif que je m’étais fixé pour les mois à venir. Il aurait pu assumer» conclut-il.

 

Paris-Match...

Commenter cet article