Jeudi 25 Août - Nice: l'évadé de Sainte-Marie court toujours

Publié le par Sam Fisher

Toujours aucune trace de Vincent Lunes, le dangereux malfaiteur qui s'est fait la belle en sciant un barreau d'une chambre à l'hôpital psychiatrique Sainte-Marie à Nice.
L'évadé sera difficile à reprendre - 14074758.jpg

« Nous aurons du mal à le retrouver car il sait qu'il risque gros aux assises. Il disait à tout le monde qu'il s'évaderait et rien n'a été fait pour l'en empêcher, quel gâchis.» Passé la colère, les policiers et gendarmes sont particulièrement motivés pour retrouver Vincent Lunes, le détenu qui a fui de l'hôpital psychiatrique Sainte-Marie lundi soir. Le Laurentin de 28 ans a scié un barreau d'une chambre sécurisée, s'est laissé tomber de près de 6 m dans une cour intérieure, a escaladé un portail et a probablement été récupéré par un complice (lire notre édition précédente). Hier, son portrait était en bonne place dans les patrouilles des policiers et gendarmes du département, et son signalement du fugitif a été diffusé au national.

 

L'enquête a été confiée à l'équipe mixte de la police judiciaire et de la gendarmerie qui était parvenue à l'interpeller au terme d'une longue traque après les attaques du Forum de l'or à Nice-Lingostière le 4 novembre et du joaillier Ferret à Cap 3 000 - Saint-Laurent-du-Var le 15 novembre 2010. Lors de ce braquage, quatre suspects - dont l'un a été tué en Corse en févr ier dernier - n'avaient pas hésité à ouvrir le feu sur des policiers de Cagnes. Lunes, malgré ses dénégations, est identifié comme étant l'un des membres du commando qui était « monté au braquage avec une Kalachnikov »!

 

Soupçonné aussi d'agressions à domicile

 

Si Lunes est considéré comme dangereux, c'est aussi pour d'autres faits dont il est soupçonné.

En effet, le Laurentin a été mis en examen en juin dernier à Grasse pour des arrachages de bijoux sur des personnes âgées et des agressions à domicile.

Selon l'enquête des gendarmes il serait l'un des membres d'un petit gang qui s'en prenait à des personnes âgées avec un subterfuge très spécial : les malfrats provoquaient des accidents de la circulation avec des automobilistes âgés. Ils expliquaient vouloir les indemniser directement pour les dommages, leur proposaient de les accompagner chez eux et les agressaient.

 

Détenu «spécialement surveillé, ne devant jamais être laissé seul dans sa cellule» selon une source de l'administration pénitentiaire, le jeune homme était en détention provisoire depuis mars. Il a fait une tentative de suicide le 17 août en se pendant dans sa cellule. Il était hospitalisé depuis quatre jours à l'USIP (unité de soins intensifs psychiatriques) de Sainte-Marie. C'est là qu'il s'est fait livrer une scie à métaux. Difficile dans ces conditions de pas imaginer qu'il a tout fait pour se retrouver à Sainte-Marie, d'autant qu'il avait annoncé qu'il s'évaderait ! D.Chalumeau

 

Nice Matin...

 

 

Commenter cet article