Jeudi 5 Mai - Nouvelle carte pénitentiaire plus consensuelle

Publié le par Sam Fisher

Le ministre de la justice a présenté jeudi 5 mai son plan de modernisation des prisons, qui prévoit notamment la construction de 25 nouveaux établissements d’ici à 2018.

centre pénitentiaire de Lannemezan

centre pénitentiaire de Lannemezan

(AFP PHOTO / REMY GABALDA)

 

centre pénitentiaire de Lannemezan

Les syndicats pénitentiaires se félicitent que le gouvernement ait renoncé à fermer 15 petites structures comme le prévoyait un plan précédent.

 

Soulagement parmi les personnels pénitentiaires de Vannes, Lure, Limoges ou Montluçon. Depuis jeudi 5 mai, la menace de fermeture qui planait depuis près d’un an sur la prison dans laquelle ils travaillent s’est envolée. Leur établissement sera maintenu et, pour certains d’entre eux, rénové. 

C’est le résultat de la nouvelle carte pénitentiaire présentée jeudi par le ministre de la justice, Michel Mercier, au cours d’un déplacement à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime), elle aussi sauvée.

WEB-FrancePrisons-01

La précédente carte, exposée en juillet 2010 par Michèle Alliot-Marie, alors garde des sceaux, avait provoqué une levée de boucliers parmi les syndicats et les élus locaux car elle prévoyait la fermeture de 23 prisons vétustes, venant s’ajouter à 22 autres déjà programmées. Cette fois-ci l’accueil est beaucoup plus favorable, les syndicats se félicitant du sauvetage de 15 établissements de petite taille.

Michel Mercier a annoncé la construction de 25 établissements et de 7 extensions de capacité, la rénovation de 15 autres et la fermeture de 36 structures entre 2015 et 2017. 

70 000 places en 2018

« L’objectif est de créer 7 500 nouvelles places pour arriver à un total de 70 000 places en 2018 et répondre à la surpopulation carcérale, mais aussi d’avoir un parc conforme à la loi pénitentiaire adoptée en 2009 », explique Bruno Badré, porte-parole du ministère. 

Actuellement, la France ne dispose que de 56 500 places pour 64 148 détenus, sachant que la loi pénitentiaire impose de garantir l’encellulement individuel, l’accès à des activités et le maintien des liens familiaux.

La nouvelle carte prévoit donc la fermeture d’établissements vétustes comme les maisons d’arrêt de Dijon, Rochefort et Dunkerque. Toutefois, certaines structures très anciennes mais qui ne sont pas forcément délabrées et peuvent être adaptées grâce à des travaux de rénovation seront conservées. 

Il s’agit de refaire la toiture pour l’une, d’aménager des unités de vie familiale pour une autre ou encore de passer d’un parloir collectif à des box de rencontre individuels.

« Le gouvernement reconnaît l’utilité des structures à taille humaine »

« Entre ce plan et celui de Michèle Alliot-Marie, il y a une réelle amélioration, puisque 15 des 23 fermetures de prisons annoncées en juillet dernier sont annulées, commente Céline Verzeletti, secrétaire générale de la CGT Pénitentiaire. Il s’agit de prisons de petite taille – à Aurillac, Niort ou Saint-Malo par exemple – ce qui montre que le gouvernement reconnaît l’utilité de ces structures à taille humaine, à l’opposé des usines carcérales de 700 ou 800 places. »

Concernant les constructions neuves, la syndicaliste est optimiste sur le respect des délais de livraison en raison du montage financier choisi, des partenariats public-privé. Le ministère prévoit un budget total de 5,8 millions d’euros pour la réalisation des 25 structures et 7 extensions.

Céline Verzeletti souligne toutefois quelques incohérences dans la carte qui se dessine. Elle déplore ainsi la fermeture annoncée de la maison centrale de Poissy, « le seul établissement pour les longues peines d’Île-de-France et qui plus est en centre-ville donc très bien desservi », comme celle de la maison d’arrêt de Compiègne, une structure de 82 places seulement et qui a fait l’objet de travaux. 

À l’opposé, le maintien de la prison de Saint-Étienne, en mauvais état, et celle de Grenoble, construite au fond d’une cuvette, laisse l’Union fédérale de l’administration pénitentiaire (Ufap) plus perplexe.

 

La Croix...

Commenter cet article