Lundi 21 Mars: Haute tension en détention (Nantes)

Publié le par Sam Fisher

La situation est « explosive », selon la CGT Pénitentiaire. « Grave et inquiétante », pour l'Ufap-Unsa.

 

La surpopulation carcérale atteint des records à la maison d'arrêt de Nantes, selon les syndicats de personnels pénitentiaires. On y compte actuellement 434 détenus, alors que l'antique prison compte 298 places dans ses 109 cellules. Du coup, « 51 matelas ont été mis à même le sol », selon Samuel Gauthier (CGT Pénitentiaire). « La direction locale, aussi inquiète que nous, doit interpeller le procureur de la République et le préfet », croit savoir l'Ufap-Unsa, inquiète de la « recrudescence d'agressions » engendrée.
 

Depuis la mort de Laëtitia Perrais, dont le meurtrier n'avait pu être correctement suivi après sa sortie de détention faute d'effectifs, les incarcérations se multiplient en effet. « Tout le monde ouvre le parapluie : chacun a peur d'une récidive », confie un travailleur social.

 

20 Minutes...

Commenter cet article