Lundi 22 Août - Muret: Un détenu séduit et corrompt la surveillante

Publié le par Sam Fisher

Une surveillante de prison est soupçonnée d'avoir fourni du matériel informatique à un détenu. Une autre femme lui aurait procuré des images pédopornographiques.

 

La surveillante est soupçonnée d'avoir fourni du matériel informatique au détenu./Photo DDM illustration

 

Amour ? Manipulation ? Trois personnes dont une surveillante de prison viennent d'être incarcérées. Au mois de juillet, lors de la fouille d'une cellule à la prison de Muret, du matériel informatique, un téléphone, une clef 3G mais aussi des images à caractère pédopornographique ont été retrouvés en possession d'un détenu de 45 ans qui purge, depuis 1999, une longue peine pour le meurtre d'un policier et une tentative de meurtre sur un autre.

 

Charmeur, ce détenu a d'abord rencontré une femme de 39 ans, qui venait régulièrement le visiter au parloir. Les sentiments aidants, celle-ci s'est laissée convaincre de lui procurer toute sorte de matériel. Dans le même temps, au mois de février, la troisième prévenue, une femme de 44 ans, a pris ses fonctions de surveillante au centre pénitentiaire. Très vite, une relation amoureuse s'est nouée entre elle et le détenu. Si, au départ, les deux femmes ne se connaissaient pas, elles se sont rapprochées pour fournir au Don Juan le matériel qu'il désirait. Ordinateur, disque dur… auraient ainsi transité jusque dans sa cellule par le biais de la surveillante. Lors de la fouille, une clef USB contenant, entre autres films X, des fichiers mettant en scène des mineurs, a été retrouvée. La clef serait passée directement des mains de la visiteuse à celles du détenu, sans l'intervention de la surveillante.

 

Une expertise psychiatrique a été ordonnée par le tribunal. Le trio comparaîtra au mois de septembre devant le tribunal de Toulouse. En attendant, Me Lannes, l'avocat de la surveillante entend faire appel de la décision « excessive de maintien en détention » de sa cliente. « Ils n'ont plus de contact, il n'y a aucun risque de réitération », estime-t-il.

 

La Dépêche...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article