Lundi 8 Août - Surveillants Britanniques incommodés par le cannabis

Publié le par Sam Fisher

Le syndicat des gardiens de prison britanniques vient de se plaindre auprès de l’instance de contrôle gouvernemental pour la santé et la sécurité. Motif : les gardiens subissent les effets de la fumée de cannabis provenant des cellules des détenus. Le syndicat a affirmé qu’elle provoquaient des maux de tête et de nausées, et craint que cela n’affecte le moral des gardiens, et leurs performances.

 

 

Les 80.000 détenus des prisons britanniques échappent à la réglementation du tabagisme dans les lieux publics et les bureaux, et sont autorisés à fumer du tabac dans leurs cellules. Le syndicat a expliqué qu’avec les réductions d’effectifs pratiquées par le gouvernement pour réduire les dépenses publiques, il était plus facile de faire rentrer les drogues dans les prisons, y compris des drogues dures.

 

Brian Traynor, le responsable de la branche santé et sécurité de l’Association Prison Officers’ Association (POA), a relaté son expérience personnelle : il avait voulu jardiner chez lui après une journée passée au centre de détention de Walton à Liverpool, mais il avait dû s’allonger après avoir ressenti des vertiges. « Je suis convaincu que j’étais défoncé à cause de l’effet des drogues fumées par les prisonniers », a-t-il expliqué. Et il alerte des conséquences sur la capacité des gardiens à reprendre le volant pour rentrer chez eux après une journée de service. Stewart McLaughlin, le secrétaire de branche du POA qui travaille au centre pénitentiaire de Wandsworth, dans la banlieue de Londres, a rapporté que les gardiens s’étaient plaints de maux de tête et de vomissements.

 

Le deputy general secretary de POA, Mark Freeman, estime que le gouvernement sait ce qui se passe dans les prisons du pays, mais qu’il ne fait rien. « Après 12 à 15 heures passées à respirer de la fumée de cannabis, nos membres ne vont pas conduire pour rentrer à la maison. Ils vont rentrer en volant ».

 

L’organisation gouvernementale britannique pour la santé et la sécurité au travail, la HSE, a proposé de prendre la mesure du problème, et envisage d’améliorer la ventilation dans les centres de détention pour y remédier.

 

Express.be...

 

 

Commenter cet article