Mardi 12 Juillet - Les gardiens de prison souffrent

Publié le par Sam Fisher

Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, recommande des espaces de parole pour les personnels de surveillance.

Depuis le début de l'année, neuf surveillants d'établissements pénitenciers se sont suicidés
Depuis le début de l'année, neuf surveillants d'établissements pénitenciers se sont suicidés SIPA

 

Prendre en charge individuellement et confidentiellement les surveillants des établissements pénitenciers. C'est ce que préconise Jean-Marie Delarue, dans un avis publié au Journal Officiel. Autorité administrative indépendante créée en 2007, l'institution dans laquelle Jean-Marie Delarue opère a pour mission de veiller au respect des droits fondamentaux des détenus. A tout moment et sur l'ensemble du territoire, ils peuvent ainsi visiter tout lieu où des personnes sont retenues ou détenues. 

Neuf suicides depuis le début de l'année

En conclusion de ces visites et de courriers reçus, le contrôleur général des lieux de privation de liberté recommande la création et la généralisation d'espaces de paroles, d'écoute et d'échanges totalement indépendants de la hiérarchie ou de la médecine du travail. Le but est de donner « la possibilité à un agent (...) d'évoquer en toute confiance, dans le cadre d'une relation égalitaire, la manière dont il accomplit sa tâche ». Et ce notamment lorsque l'agent rencontre des difficultés susceptibles de « retenir jusque dans sa vie personnelle. »

 

Car les conséquences sont parfois tragiques. On compte déjà, depuis le début de l'année 2011, neuf suicides parmi les quelque 27 000 agents de surveillance, contre neuf en 2010 et dix-huit en 2009. Soit un taux 31% supérieur à celui de la population générale, et 15,5% de plus que dans la police nationale, selon une récente étude de l'Inserm Bordeaux.

 

Meilleur accès à l'informatique pour les détenus

 

Dans un autre avis, Jean-Marie Delarue engage l'Administration pénitentiaire à « mieux garantir la liberté de communication » des détenus « sans autres limites que celles exigées par la sécurité, l'ordre public, leur avenir et le droit de leurs victimes ». S'il admet qu'en cellule, aucun matériel «  ne doit  permettre de communiquer directement (…) avec un tiers », Jean-Marie Delarue estime que l'accès à l'Internet et à une messagerie électronique doivent être rendues possibles « dans le respect des impératifs nécessaires de sécurité ». Pour lui cela permettrait d'« améliorer la réinsertion des personnes détenues » et, ainsi, à mieux se prémunir face au phénomène de récidive.

 

France Soir...

Commenter cet article

Chloé 13/07/2011 18:07


Bonjour, je suis étudiante en communication des organisation et je réalise un mémoire de fin d'études sur les campagnes de recrutement des personnels pénitentiaires. Je souhaiterais faire une
analyse critique des différents supports de diffusion, spots TV affiches ...
Toutefois j'ai quelques difficultés à rassembler les documents, peut-être avez-vous quelques documents que vous pourriez me transmettre ?
Par ailleurs votre blog offre un point de vue intéressant sur cet univers...
En vous remerciant par avance,

cordialement,

Chloé. chloe1189@hotmail.fr