Mardi 17 Mai - La prison où DSK a dormi

Publié le par Sam Fisher

La juge Melissa Jackson ayant refusé de le libérer sous caution. Dominique Strauss-Kahn a immédiatement été incarcéré, lundi soir. Il a dormi dans une cellule individuelle de la prison de Rikers Island.

 

Les amateurs de séries télévisées américaines connaissent forcément Rikers Island. Dominique Strauss-Kahn aussi. C'est là que le directeur du FMI a passé la nuit de lundi à mardi. Cet établissement pénitentiaire se trouve sur une île de l'East River, au nord du quartier du Queens, au large de l'aéroport La Guardia. C'est l'un des plus grands complexes carcéraux du monde, accueillant quelque 14.000 personnes, soit 10 des 15 centres de détention à New York.

 

Dominique Strauss-Kahn a passé sa première nuit dans une cellule individuelle et sans contact avec les autres détenus. Un traitement de faveur pour l'ancien ministre, qui aurait également le droit de garder ses vêtements et d'échapper ainsi au fameux uniforme orange des prisonniers américains. Il a également accès à des livres. Il aura droit à trois visites par semaine. Et quand il sort de sa cellule, DSK est suivi par un garde. Il n'aura donc aucun contact avec les autres détenus du bâtiment ouest, qui abrite surtout les détenus affectés de maladies contagieuses, a expliqué un porte-parole."Il ne s'agit pas d'isoler un détenu de tout contact humain, il s'agit de s'assurer qu'un détenu n'est pas agressé d'une manière quelconque en raison de sa célébrité", a expliqué un porte-parole sous couvert de l'anonymat.

 

Cette prison a commencé à être construit dans les années 1930. Elle a depuis inspiré plusieurs morceaux de rap. "Depuis le début des années 1990, le taux de criminalité à Rikers Island a chuté drastiquement et l'endroit est loin d'être aussi dangereux qu'il l'a été", est-il écrit sur le site internet d'un cabinet d'avocats new-yorkais (storobinspodek.com). "Cela reste néanmoins une prison et certains détenus peuvent se montrer violents et les gardiens pas toujours capables de contrôler la situation", est-il ajouté. Selon le City Journal, quelque 28 % des détenus ont des problèmes psychiatriques.

 

Le JDD...

Commenter cet article