Mardi 24 Mai - Suicide des pénitentiaires : les syndicats dénoncent

Publié le par Sam Fisher

Voici quelques extraits des communiqués émanant, l'un de la CGT pénitentiaire de Perpignan, l'autre de l'UFAP/UNSA Justice, à propos des suicides au centre pénitentiaire de Perpignan.

 

 

 

CGT. Depuis janvier 2011, six collègues ont mis fin à leurs jours par suicide. Le décompte tragique augmente. Le taux de suicides du personnel pénitentiaire est de 31 % supérieur à celui de la population générale ; celui des personnels de surveillance est de 15,5 % supérieur à celui de la Police nationale (stat. 2005-2009). Le ministère de la Justice ferme les yeux. Aussi, en signe de protestation, les organisations syndicales ont quitté la séance du dernier groupe de travail ministériel sur la souffrance au travail. L'administration propose même de supprimer les CHSCT locaux ! L'Inserm a fait une étude sur ce fléau et préconise de valoriser le métier de surveillant. On est loin du compte. La CGT pénitentiaire demande à l'administration d'agir en urgence sur les racines de la souffrance au travail et de donner les moyens suffisants pour stopper les graves détériorations de nos conditions de travail.

 

UFAP/UNSA Justice. Cela fait des années que le syndicat se bat afin de faire reconnaître la souffrance au travail des agents pénitentiaires. Une étude, réalisée par un organisme impartial et extérieur à l'administration pénitentiaire, vient de révéler ses conclusions : la souffrance au travail est bien réelle dans notre administration ! Si tous les passages à l'acte ultime ne peuvent être directement imputables simplement au service, il est démontré que la vie professionnelle a contribué aux suicides pour une grande partie.

 

L'UFAP-UNSA Justice refuse un simulacre de prévention ! Elle a claqué la porte de la dernière réunion ministérielle traitant du sujet. L'humain doit être replacé au centre des débats ! L'UFAP-UNSA Justice dénonce la mauvaise volonté des responsables de cette administration sur ce sujet grave : aucun moyen d'action n'est mis en route, rien au niveau budgétaire, pas un euro ! Il y a urgence ! Les personnels sont en danger...

 

L'indépendant...

Commenter cet article