Mardi 3 Mai - Agressions de surveillants à Marseille et Varces

Publié le par Sam Fisher

De nouvelles agressions de surveillants pénitentiaires ont eu lieu ces dernières 24 heures à Marseille et près de Grenoble. Le manque de personnel est pointé du doigt

Surveillants de prison

 

Deux agressions de personnel pénitentiaire ont eu lieu ces dernières 24 heures dans deux établissements à Marseille et à Grenoble. A la maison d'arrêt de Varces, un détenu, conduit au centre de soin de la prison après avoir absorbé des médicaments découverts dans sa cellule, s'est "jeté sur le personnel médical", rapporte dans un communiqué le syndicat pénitentiaire Ufap-Unsa.

 

Le détenu a alors pris en otage le surveillant qui l'accompagnait "avec une lame de rasoir placée sous la gorge", indique le syndicat. Finalement après des tractations, le détenu a libéré le surveillant. En guise de protestation, le personnel de la maison d'arrêt a pris son service avec une demi-heure de retard ce matin.

 

Interrogé par l'AFP, Jérôme Reynaud, secrétaire départemental adjoint FO, explique : "la situation est tendue et hélas, à cause du manque de personnel, on arrive à des problèmes comme hier". "Nous demandons depuis plusieurs mois l'embauche de 20 personnes supplémentaires afin qu'il y ait deux agents par étage et non plus un seul", précise-t-il.

 

Un peu plus tôt, lundi soir, c'est à Marseille qu'une surveillante s'est fait agressée. A l'établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM), un adolescent de 17 ans a frappée une surveillante dans un couloir avant de la ligoter et de lui poser un bâillon, rapporte l'AFP citant un syndicaliste de l'Administration pénitentiaire.

 

Après avoir récupéré les clefs de la surveillante, le jeune a libéré trois détenus âgés de 15 à 17 ans, avec lesquels il a tenté de fuir, avant d'être bloqués par le personnel de l'établissement. Ils ont été placés en garde à vue à la brigade des recherches et mandats (BRM) pour tentative d'évasion et séquestration.

 

"Il manque un centre d'éducation fermé dans la région, tout le monde le dit", a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest.

 

Surpopulation carcérale

 
Au 1er avril 2011, les prisons françaises détenait 64 148 personnes, selon les chiffres de l'Administration pénitentiaire, un nombre de détenus en hausse de 6% depuis le début de l'année et proche du record atteint en juillet 2008 (64 250 personnes). Le taux de surpopulation carcérale s'établissant à 114,24%.

 

Metro...

 

Commenter cet article