Mardi 9 Août - L'évadé qui nargue la police veut se rendre

Publié le par Sam Fisher

Le jeune homme qui narguait la police sur Internet a changé de ton et affirme maintenant vouloir se rendre...
 
Saïd Bahmed, interviewé par France 3 Franche-Comté
 

Après s'être moqué des forces de l'ordre et de la justice sur le web, Saïd Bahmed  affirme maintenant vouloir se rendre. Et présente ses excuses.

Il l''a dit hier soir (lundi 8 août) dans une interview réalisée par France 3 Franche-Comté.

Le procureur
de Besançon a réagi à cette annonce par média interposé.


 Vidéo

 

Les faits :
Saïd Bahmed
, 24 ans, s'est évadé le 27 juin dernier, lors de son transfert de la prison de Chateaudun (Eure-et-Loir) au tribunal de Besançon.

Arrivé au tribunal, il avait sauté du fourgon et s'était enfui à pied menottes aux poignets. 

La semaine dernière, sous le pseudonyme du rapeur Dias Fourara, il a fait le buzz sur internet en publiant sur le site internet orléanais "Teuchiland.tv" une vidéo dans laquelle il nargue les forces de l'ordre (vidéo vue 300 000 fois). 

Dans cette vidéo de 14 minutes, Il exhibe ses menottes, insulte la police, se moque de la justice et de l'administration pénitentiaire, et montre une liasse de billets censés provenir du trafic de stupéfiants.

 

Aujourd'hui, le ton n'est plus le même.

Pour Saïd Bahmed, fini de faire le malin.
Voir son ITW, vignette vidéo à gauche

Dans une interview réalisée par nos confrères de France 3 Franche-Comté, lundi 8 août Saïd Bahmed s'explique sur son évasion, et affirme vouloir se rendre.
Il explique s'être évadé pour échapper aux conditions de détention difficiles à Châteaudun.
Il veut se rendre et être incarcéré chez lui, à Besançon. 

Quant à la vidéo sur Teuchiland, il dit "assumer".

Le 27 juin dernier, Saïd Bahmed devait être jugé pour des violences commises sur sa compagne.
Bien qu'absent, il a été condamné à un an de prison ferme.  
Il purgeait déjà à Châteaudun plusieurs peines, et était libérable en janvier 2012.
Son casier judiciaire contient de multiples condamnations pour outrage à personne dépositaire de l'autorité publique, recel, menaces, violences aggravées et trafic de stupéfiants. 

Saïd Bahmed, s'il repasse devant la justice, sera sans doute jugé pour son évasion.
Et pour ses propos outrageants diffusés sur internet.

 

 

France 3...

 

Commenter cet article