Mercredi 14 Septembre - Les obsessions ethniques de Sarkozy/Guéant

Publié le par Sam Fisher

Claude Guéant est-il raciste ou opportuniste ? On devrait lui poser la question. Pas sûr qu'il y réponde. Dimanche dernier, il avait bafouillé de piteuses explications sur les sales affaires en cours, de l'espionnage de journalistes à la corruption « françafricaine ». Guéant est plus à l'aise quand il fait du Le Pen, l'amalgame facile et les promesses sans moyens. De l'immigration comorienne jugée responsable de la flambée d'insécurité à Marseille à la délinquance attribuée aux Roumains dans les beaux quartiers de Paris, le ministre de l'intérieur ne sait plus quoi dire pour contrer les surenchères de Marine Le Pen.

Nicolas Sarkozy aurait pu se distinguer, en ces temps de faillite boursière. Il aurait pu conforter son « nouveau » statut présidentiel. Il n'en fut rien. Il parla de ... prisons pour jeunes et des bienfaits de l'encadrement militaire... On nous promit même une conférence téléphonique avec Angela Merkel...

Mais qui donc a parlé de crédibilité ?

Les obsessions ethniques de Sarkozy/Guéant


Guéant dérape comme Le Pen
Dimanche soir, les Comoriens puis les Roumains en ont eu pour leur grade. Rappelons qu'en France, fut-elle Sarkofrance, nul ne dispose de statistiques ethniques, religieuses ou nationales en matière de délinquance.  L'Observatoire National de la Délinquance, dirigé par Alain Bauer, proche ami de Nicolas Sarkozy, ne publie rien de tel, et a toujours réfuté pouvoir établir de telles statistiques.

En août 2010, Brice Hortefeux, le prédécesseur de Claude Guéant à l'intérieur, s'était déjà fait piégé par les mêmes délires, en notant « qu'à Paris la délinquance de nationalité roumaine avait augmenté l'année dernière de 138%». L'amalgame Rom=Roumain était déjà odieux. Pour se justifier, il avait expliqué qu'il «Il n'y a pas de statistiques sur la délinquance par communauté, mais il y a des statistiques par nationalité ».

Dimanche soir sur RTL, Claude Guéant avait déjà fustigé l'immigration comorienne qu'il accusait d'être la « cause de beaucoup de violences » à Marseille. Il n'avait aucun chiffre, aucune preuve : « Il y a une immigration comorienne importante qui est la cause de beaucoup de violences. Je ne peux pas la quantifier ».

Claude Guéant a-t-il des préjugés ?

Le lendemain, lundi 12 septembre, la charge visait les Roumains. Claude Guéant avait convoqué la presse et ses caméras pour présenter son grand plan contre la délinquance... roumaine. Comme Brice Hortefeux voici un an, il avait quelques chiffres à donner, parfois les mêmes qu'en 2010. Ainsi, selon Guéant, « près 1.200 ressortissants roumains ont été déférés devant la justice (...) pour les sept premiers mois de l'année à Paris. Les délinquants roumains représentent 1 déféré sur 10 dans la capitale ». Hortefeux expliquait qu'un acte de délinquance sur vingt serait commis par un Roumain. Près de 1.200 ressortissants roumains auraient été déférés devant la justice pour les 7 premiers mois de l'année. Guéant s'est aussi ravi d'avoir augmenté de 90% le nombre d'interpellations de Roumains, soit 4.800 sur les 7 premiers mois de 2011, contre 2.500 pour la même période en 2010. La moitié d'entre eux seraient mineurs.

« Je ne stigmatise rien, ni personne. C'est une réalité judiciaire. Il y a une montée très importante de cette délinquance » . Claude Guéant s'était placé à quelques encablures du Fouquet's, sur les Champs Elysées, pour délivrer cette maxime. Côté mesures, Guéant avait de grandes idées: un arrêté anti-mendicité sur les Champs-Elysées, la place de l'Etoile et le rond-point des Champs-Elysées signé par le préfet de Paris dès mercredi (quelle mesure !), un renforcement symbolique de la coopération entre les administrations françaises et roumaines (« 14 policiers roumains sont déjà en France, et 5 policiers français sont déjà en Roumanie » a expliqué le ministre), et, last but least, le « rapatriement des mineurs délinquants dans leur pays » grâce à l'installation d'un magistrat spécialisé. Guéant a tout prévu: « Si ces derniers ont des parents présents en France, ils leur seront remis avant d'être rapatriés. Dans le cas où on n'a pas connaissance de la présence des parents sur notre territoire, ces mineurs seront confiés au service d'aide à l'enfance roumain ». Et hop, à l'orphelinat !

La semaine dernière, le même Claude Guéant confirmait la suppression de 3.000 postes de policiers et gendarmes en 2012. Cherchez la cohérence...


La démarche fait pitié. Nicolas Sarkozy, au moins, aurait pu s'attarder sur le sujet politique du moment, le risque avéré de faillite de la Grèce. Après un nouveau mini-krach boursier lundi, les marchés se sont techniquement calmés mardi. 

Mais notre Monarque avait prévu autre chose pour ce jour-là, un déplacement (électoral) « de terrain ».

Sarkozy pense à Le Pen
La seule victoire politique récente de Nicolas Sarkozy est sondagière: Il semble, pour le moment, qualifié pour le second tour. Voici 6 mois, on le disait menacé d'un 21 avril à l'envers. Mais la partie n'est pas gagnée, bien au contraire. Selon une récente enquête, il perd encore du terrain sur le coeur de son électorat, les plus âgés... et même les plus riches. Et la menace frontiste demeure. Marine Le Pen reste peu ou prou dans son étiage désormais habituel, autour de 20% des intentions de vote.

Mardi 13 septembre, le Monarque s'est rendu dans une prison en Seine-et-Marne, à Réau, et a pu inaugurer un centre éducatif fermé pour jeunes délinquants à Combs-la-Ville. C'est une « une première pour un président depuis quarante ans », notait le journaliste Arnaud Leparmentier. Notons donc l'effort ! Depuis son élection, il y a 227 semaines, Nicolas Sarkozy a ignoré la situation pénitentiaire. Le renforcement de l'arsenal législatif répressif (peines planchers, rétention de sûreté, etc) n'a pas été accompagné de moyens supplémentaires. Il a fallu attendre 2009, deux ans plus tard, pour qu'un toilettage sans moyens ni ambition soit finalement voté, qui entérinait la fin de la cellule individuelle.

Ce mardi, Nicolas Sarkozy lisait soigneusement ses notes. Le regard était rivé sur son texte, pendant les 30 minutes de son intervention. Il n'y connaît rien, et ne s'y intéresse pas plus que le temps d'un déplacement.


Au 1er août 2011, 64.052 personnes étaient incarcérées en France, pour 56.506 places opérationnelles, soit un taux d'occupation de 113%. Au 1er janvier 2008, la France comptait 61.076 détenus pour 50.693 , soit un taux d'occupation de 120,5 % (cinq points supplémentaires par rapport au 1er janvier 2007 et 22 points par rapport au 1er janvier 2001). Ce mardi, Sarkozy devait reconnaître son échec: « Aujourd'hui, nous ne sommes pas encore en mesure d'héberger convenablement les 65.000 personnes détenues en France, ni d'assurer rapidement l'exécution des peines en attente ».

Mais l'élection approche, et le « Sarko-nouveau » est arrivé. D'abord, il est doux, gentil et conciliant. Il faut oublier les coups de mentons, menaces et mépris des mois derniers. En février dernier, Nicolas Sarkozy avait perdu ses nerfs après le meurtre de la jeune Laëtitia. Cette fois-ci, il n'avait que des compliments à faire: « Je veux dire ma confiance, ma reconnaissance et mon estime pour le travail courageux que vous effectuez».

Ensuite, il a promis 30.000 places supplémentaires d'ici 2017 ainsi que « l'ouverture de 20 nouveaux centres éducatifs fermés » pour mineurs. Il paraît qu'il le fera voter dans une loi de programmation dès l'automne prochain: « Pour assurer une exécution normale des peines d’emprisonnement, la France a besoin de 80.000 places de détention. Cet objectif, qui figurera dans la loi de programmation, représente un effort d’équipement sans précédent qui devra être achevé en 2017 : il nous conduira à créer 30.000 places supplémentaires. Eu égard aux délais de construction, c’est dès aujourd’hui qu’il faut engager l’effort». Il s'est félicité des 6.000 places construites depuis 2007: 6.000 places depuis 5 ans, mais 30.000 d'ici 5 ans... cherchez l'erreur ! Demain, on rase gratis !

Enfin, Sarkozy a eu une révélation: « Nous ne pouvons pas continuer à enfermer de la même manière un récidiviste et un primo délinquant condamné à quelques mois de prison. » Ben voyons ! Et du coup, la promesse est évidente: il faudra « ouvrir rapidement des prisons dédiées aux condamnés pour courtes peines, ne présentant pas de dangerosité particulière ».

Le Monarque nous promit un service citoyen pour les « mineurs primo-délinquants ». Sarkozy eut le commentaire délicieux ey hors discours: « ça leur fera du bien ».

Un peu plus tard, on attendait un communiqué franco-allemand sur la situation de l'euro. Un conseiller l'avait confié, en marge du déplacement matinal. En début d'après midi, Angela Merkel démentit toute initiative commune. Un véritable coup dur pour la crédibilité sarkozyenne. Notre Monarque, ou ses conseillers (ce qui est la même chose) raconte donc n'importe quoi. Finalement, nous aurons droit à une visio-conférence entre Angela Merkel, Andréas Papandréou et notre Monarque mercredi. A l'Elysée, on se refuse à promettre une nationalisation même partielle de nos banques en future faillite.


En fin de journée, lundi, l'Elysée a publié un bulletin des plus sobres sur l'état de santé du Monarque: les résultats des différents examens « se sont révélés normaux ». 

Aucun signe d'une quelconque nausée ?

Marianne2...

Commenter cet article