Prison-News: Dimanche 12 Décembre 2010

Publié le par Sam Fisher

La Chape de Plomb règnant sur le monde carcéral évoqué par l'OIP hier à Lyon.

L’Observatoire international des prisons (OIP) accueillait dans le grand amphithéâtre de la faculté Lyon II, anciens détenus, proches de détenus, militants associatifs, personnes intervenant en milieu carcéral et membres de l’administration pénitentiaire.

L'article du "Progrès" sur l'évènement souligne que si la parole des détenus semble être écartée par l'Administration (de moins en moins), celle des surveillants est logée à la même enseigne (par contre, là, c'est de plus en plus). Une spécificité bien Française, selon Florence Aubenas, présidente de l’OIP : "par tradition sécuritaire, la liberté d’expression en prison est jugée dangereuse". Elle ajoute "nous avons constaté l’an, dernier à Corbas que les prisons sont au bord de l’implosion. Seule la parole peut dénouer cette grave situation"...

Lire Le Progrès...

 

5 détenus d'une Centrale dans la nature.

C'est le journal "L'Alsace" qui révèle l'information. Hier, ces 5 hommes de la Maison Centrale d'Ensisheim dans le Haut-Rhin ont fait plusieurs kilomètres en liberté. Il s'agissait en fait d'une journée organisée par l'association Déclic chaque mois depuis le mois de Juillet...

Lire l'Alsace...

 

En Suisse, des cadres pénitentiaires recrutés sans concours.

Du coup, une nouvelle polémique est née: les prisons Vaudoises ont-elles respecté la procédure légale afin de proposer ces postes ?

Filip Grund, chef du personnel à l'Etat, dit ne pas être au courant de toutes ces arrivées et que l'engagement par voie d'appel est exceptionnel. «Il est utilisé uniquement dans le cas d'une perle rare, pour des métiers particuliers», détaille-t-il sans évoquer la notion d'urgence...

 

Lire Le Matin...

 

"La Provence" consacre un article au Centre Educatif Fermé de Montfavet dans le Vaucluse.

8 mineurs peuvent y avoir une "seconde chance" et apprennent (ou réapprennent) les règles de base de la vie en société. L'un des jeunes déclare: "C'est trop strict ici, c'est l'enfer; je regrette de ne pas avoir accepté la prison !"

Ici, l'heure du lever est fixée à 8 heures, la douche obligatoire, le téléphone portable interdit, l'accès internet inexistant. Rien à voir en effet avec le "Club Med du Pontet" comme nombre de condamnés surnomment le Centre Pénitentiaire de la région...

 

William, à gauche, est l'un des éducateurs, l'un des 25 personnels de la Protection judiciaire de la jeunesse du CEF. Les éducateurs ont, à chaque minute, un oeil sur les jeunes.

Lire La Provence...

 

A bientôt pour d'autres News Pénitentiaires...

Commenter cet article