Samedi 6 Août - Evadé, il nargue la police sur YouTube

Publié le par Sam Fisher

Saïd Bahmed, 24 ans, devait comparaître devant le tribunal de Besançon pour violences le 27 juin. Alors que son fourgon pénitentiaire était arrêté dans la cour de la cité judiciaire de la ville, il a réussi à filer, menotté, sous une porte automatique qui se fermait. Un mois plus tard, il exhibe ses menottes et nargue la police dans une vidéo postée sur YouTube.

 

Le 5 août, le parquet de Besançon a confirmé à l'AFP qu'il s'agit bien du même homme. Récidiviste, il a déjà été condamné pour violences aggravées, recel, trafic de stupéfiants ou outrage à personne dépositaire de l'autorité publique.

 

Le 27 juin, en son absence donc, la justice l'a condamné à un an de prison ferme pour violences aggravées (sur sa concubine, selon L'Est Républicain). En y ajoutant un mandat d'arrêt.

 

Le 29 juillet, le site Teuchiland.tv poste sur YouTube une vidéo intitulée « la liberté n'a pas de prix ». Elle a été vue plus de 100 000 fois en une semaine.

 

Entouré de deux amis au visage dissimulé, Saïd Bahmed nargue les forces de l'ordre, raille leur incompétence et agite de temps en temps ses menottes, comme un trophée :

« On les baise mon pote […] On vous baise. […] T'inquiète on arrache tout, y a de la thune, y a ce qu'il faut, t'inquiète pas on est là mon pote, on dort pas. »

 

« Il y a quelques outrages » dans la vidéo

Puis il pose un rap, qu'il affilie au « ghetto 25 000 » (code postal de Besançon). « Je vous ai baisés bande d'enfoirés », ajoute-t-il encore à l'adresse des policiers dans ce film de 10 minutes, dont le décor est soigneusement dénué de signes d'identification. (Voir la vidéo)

 

 

Julie Bressand, substitut du procureur de Besançon, a indiqué à l'AFP que les services de police étaient saisis :

« Il y avait déjà une procédure en cours concernant cette évasion et d'autres choses pourront éventuellement lui être reprochées en fonction de ce qui figure sur cette vidéo : il y a notamment quelques outrages, il faut voir s'ils sont adressés à des personnes identifiées. »

En attendant qu'il soit éventuellement rattrapé, Saïd Bahmed est en train de devenir une petite star sur Internet. Comme souvent dans le cas d'évasions.

 

 Rue 89...

Commenter cet article