Vendredi 22 Juillet - Suisse: Des envies d'évasion se réveillent

Publié le par Sam Fisher

«La forte médiatisation d’autres évasions pourrait réveiller des envies de liberté»

Ce matin vers 10h30, un Suisse détenu aux Etablissements de la Plaine de l’Orbe (EPO) a pris la fuite alors qu’il travaillait dans un atelier ouvert. C’est la seconde fois en trois semaines qu’un prisonnier des EPO parvient à fausser compagnie à ses gardiens.

 

Les Etablissements de la Plaine de l’Orbe.

Les Etablissements de la Plaine de l’Orbe. © Dominic Favre

 

Ce matin vers 10h30, un Suisse de 30 ans détenu aux Etablissements de la Plaine de l’Orbe (

EPO) a pris la fuite alors qu’il travaillait dans un atelier ouvert de peinture. «Cet homme, qui souffre de trouble psychique, a été repris environ une heure trente plus tard dans un champ situé dans l’enceinte de la prison», précise à l’instant Denis Pieren, directeur des EPO. L’homme avait purgé une peine de dix mois pour violence et menace et était depuis lors sous le coup d’une mesure thérapeutique en raison de sa maladie.

 


«La forte médiatisation d’autres évasions ces dernières semaines (ndlr: celle de Jean-Louis B. de la prison de Gorgier et celle de trois détenus de la prison de Porrentruy) pourrait réveiller des envies de liberté chez certains détenus», analyse Denis Pieren. Lequel conteste toute faille dans le système de sécurité de son établissement. «La dangerosité du détenu qui a cherché à s'évader était limitée et le dispositif de sécurité a parfaitement fonctionné. L'alerte a par exemple été donnée trois minutes après la disparition et ceci bien que nous soyons en milieu ouvert », confirme de son côté  Raphaële Lasserre du service pénitentiaire.

  


Pour mémoire, le 29 juin dernier, un autre détenu s’était déjà fait la belle alors qu’il travaillait à la section ouverte des EPO. Laissé seul un bref instant alors qu’il travaillait au chantier de maçonnerie, ce Serbe de 36 ans en avait profité pour prendre la fuite. Il purgeait une peine de dix ans pour contrainte sexuelle dans le cadre familial. Son régime de détention avait été allégé en mai et il devait bénéficier d’une libération conditionnelle dès 2013. Un important dispositif avait été mis en place pour le retrouver. Sans succès à ce jour. En 2010, il y a eu deux évasions depuis un établissement vaudois et en 2011, ce chiffre est de trois. Deux de ces personnes, dont celle dont il est question ici, ont été repris dans la journée.

 

Le Matin...

Commenter cet article