Vendredi 8 Avril - L'avenir de la MA de Nevers

Publié le par Sam Fisher

Le ministre de la Justice a le résultat de l'étude sur la faisabilité de la réhabilitation de la maison d'arrêt de Nevers sur son bureau. Élus locaux et personnels pénitentiaires attendent sa décision sur le devenir de la prison.

 

La restructuration du parc immobilier pénitentiaire, décidée en début d’été dernier, incluait la Maison d’arrêt de Nevers. Ou plutôt l’excluait, avec vingt-deux autres Maisons d’arrêt dont la fermeture est programmée de 2015 à 2017. Pour les remplacer, vingt nouveaux établissements seront construits, dont un centre pénitentiaire à Dijon de 650 à 700 places où seraient incarcérés tous les détenus nivernais.

 

Suite à une mobilisation de tous les acteurs de la chaîne judiciaire, et à la création d’un comité de défense de la Maison d’arrêt, le maire de Nevers, Florent Sainte Fare Garnot, avait été reçu deux fois au cabinet du ministre de la Justice.

 

« Sensible aux arguments sur les conséquences en terme d’aménagement du territoire et d’éloignement du site du nouvel établissement », le ministre avait dépêché un membre de son cabinet à Nevers, en décembre dernier pour une concertation avec les élus et les représentants des personnels. « Par ailleurs, j’ai demandé à la direction de l’administration pénitentiaire de réaliser une étude portant sur la faisabilité technique et économique d’un projet de réhabilitation et de mise aux normes » a répondu le ministre au maire de Nevers.

 

Le JDC...

Commenter cet article