Dimanche 3 Avril: 3 mois de sursis pour la maison d’arrêt

Publié le par Sam Fisher

La maison d’arrêt de Privas (Ardèche), menacée de fermeture par le plan de modernisation des prisons, a finalement été épargnée. Pourquoi pas celle de Digne-les-Bains ? L’intersyndicale a fait part de cette interrogation dans un courrier adressé aux élus locaux, le 9 mars.

 

Dans l’audit réalisé en février, l’intersyndicale a informé la direction régionale de la possibilité de réaliser des aménagements à moindre frais, comme celui d’un jardin ou l’amélioration des cellules collectives.

 

Ce vendredi, les représentants de l’intersyndicale pénitentiaire UFAP, CGT, Unsa et FO ont été reçus par Jean-Louis Bianco, président du conseil général, et René Massette, conseiller général délégué aux services publics. Au mois de février, la direction interrégionale avait commandé un audit sur l’établissement pénitentiaire. Le résultat de l’étude n’est pas encore connu mais Roger Mayet, représentant syndical FO et surveillant de prison à Digne, est formel : « J’ai travaillé à la maison d’arrêt de Privas, c’est la même configuration que la villa Saint-Charles » : l’établissement est situé en centre-ville avec un accès difficile aux véhicules, dépourvu de mirador et du terrain de foot préconisé par l’Union européenne. La seule différence est dans l’effectif, avec 100 détenus à Privas pour une quarantaine à Digne...

 

Le Dauphiné...

Commenter cet article