Mardi 11 Octobre - Chenôve ne finira pas derrière les barreaux !

Publié le par Sam Fisher

Le ministre de la justice Michel Mercier a décidé de ne pas implanter de prison à Chenôve mais plutôt de procéder à l’étude de nouveaux sites. Un grand ouf de soulagement pour le maire de la commune Jean Esmonin.

 

 

Présenté début mai 2011 par le Garde des Sceaux Michel Mercier, le nouveau programme immobilier pénitentiaire, destiné à mettre en conformité les prisons françaises, avait fait bondir Jean Esmonin. Le maire de la commune de Chenôve avait appris par voie de presse la possible construction d’une nouvelle maison d’arrêt en 2016 sur le site d’Europa Sud en remplacement de l’actuelle prison de la rue d’Auxonne à Dijon (voir en cliquant ici). Très mécontent d’avoir été mis devant le fait accompli et fermement opposé à cette construction, il s’en était immédiatement indigné et avait, dans la foulée, réclamé une audience rapide avec Michel Mercier. Trois raisons principales à ce rejet catégorique : l’image de sa commune allait forcément en pâtir, la zone Europa Sud était destinée à accueillir « des activités structurantes à l’attention des habitants de Chenôve et des communes du sud dijonnais », et la présence d’une nappe phréatique sur Europa ne permettait pas, selon lui, la faisabilité « technique et écologique d’une telle opération ».

 

La future prison probablement sur Dijon

 

Des arguments apparemment entendus par l’un des collaborateurs de Michel Mercier suite à une entrevue à Chenôve fin mai : « Il avait pu mieux mesurer toute l’étendue de ma détermination et le bien fondé des arguments avancés » explique Jean Esmonin dans un communiqué de presse. De son côté, lors d’une venue à Dijon le 30 mai dernier (cliquez ici), Michel Mercier assurait qu’une prison ne représentait en aucun cas un handicap et réaffirmait sa détermination à trouver un terrain d’entente avec François Rebsamen, président du Grand Dijon. Ce dernier était d’ailleurs monté au créneau pour manifester son souhait de voir le futur établissement pénitentiaire demeurer encore sur Dijon. « Je le remercie de son soutien » a déclaré Jean Esmonin, très reconnaissant également de la forte mobilisation populaire qui s’est mise en place pour dénoncer le projet. Une pétition intitulée « NON à la prison sur Chenôve ! OUI à un projet respectueux de l’image de notre ville ! » a circulé et recueilli plus d’un millier de signatures. Jean Esmonin a apprécié : « Je tiens à les remercier de s’être engagés avec autant de conviction, signe de leur attachement profond à leur ville. »

 

Devant autant de détermination, le Ministre a décidé de procéder à l’étude de nouveaux sites et, donc, de ne pas implanter la future prison (de 476 places) sur le territoire de Chenôve. Dijon sera très certainement la terre d’accueil de cette maison d’arrêt dont la livraison est prévue pour 2016. Jean Esmonin et les Cheneveliers peuvent souffler.

 

Gazette Info...

Commenter cet article