Prison-News: Mardi 30 Novembre 2010

Publié le par Sam Fisher

Un point d'accès au droit inauguré, hier, au centre pénitentiaire de Baie-Mahault en Guadeloupe.

Il doit permettre d'accompagner, d'orienter et de conseiller les détenus et leurs familles dans toutes leurs démarches administratives, juridiques, sociales ou encore civiques...

630 détenus sont concernés par cette nouveauté mise en chantier il y a 3 ans. Les consultations peuvent être collectives ou individuelles. Elles sont gratuites, anonymes et confidentielles.

Un Point d'accès au droit devrait également voir le jour à la Maison d'arrêt de Basse-Terre dans les 6 mois...

Lire France Antilles...

 

En Suisse, les travaux ont démarré à Champ-Dollon.

Les conseillers d’Etat Isabel Rochat et Mark Muller ont posé la première pierre de l’annexe. Cette dernière est particulièrement attendue par tout le monde. L'établissement souffre en effet d'une surpopulation carcérale préoccupante. 100 nouvelles places devraient ainsi être créées dans 6 mois. Champ-Dollon, prison prévue à l'origine pour 260 détenus, en accueille aujourd'hui plus de 600...

Lire La Tribune de Genève...

 

Le "Taser", en service dans la Pénitentiaire, de nouveau au centre d'une polémique.

Un Malien de 38 ans, est mort, en banlieue parisienne, suite à une interpellation et l'utilisation de cette arme qui envoie des décharges électriques. Pour le moment, il n'y a pas de preuve que ce soit le taser qui soit le responsable de ce décès...

Cet homme a voulu agresser à coup de marteau des policiers. ces derniers ont envoyé 2 décharges. Une fois maîtrisé et menotté, le Malien a fait un malaise cardiaque et n'a pu être réanimé. Une enquête est en cours. Depuis 2004 l’armée, la police nationale, la gendarmerie françaises et l'Administration pénitentiaire sont équipées de Tasers. Il est aussi à nouveau autorisé dans la police municipale...

Lire Paris-Match...

 

Après la quadruple tentative d'évasion, Lons-le-Saunier, dans le Jura, a été investie par les forces de l'ordre hier.

Il s'agissait de transférer les 4 détenus du commissariat au Palais de Justice, puis de les escorter dans 4 établissements pénitentiaires différents du Grand-Est. Ayant demandé un délai pour leur comparution devant le tribunal, ils comparaîtront à nouveau le 3 Janvier prochain pour tentative d'évasion et violences sur représentants de l'autorité publique. Ils risquent 5 ans de réclusion supplémentaires. Les 4 surveillants blessés se sont portés parties civiles...

À 16 heures, les détenus ont été emmenés vers leurs nouvelles prisons / Photo Philippe Trias

Lire Le Progrès...

 

A demain pour d'autres News...

Commenter cet article